Jannah Theme License is not validated, Go to the theme options page to validate the license, You need a single license for each domain name.
actualité économiqueBourse Entreprise

Bordes : nouvelle mobilisation pour les salaires chez Safran Helicopter Engines

La rédaction vous conseille

« Le programme salarial de Safran, au cours des trois dernières années, a été globalement inférieur à l’inflation. Alors que les résultats de l’entreprise ont été très bons, à plus de deux chiffres. En 2024, la revalorisation que nous propose notre direction est de l’ordre de 4%, juste au-dessus d’une inflation de 2,8%. Cela ne nous suffit pas : nous voulons rattraper ce qui a été perdu les années précédentes ! » explique Didier Jouanchicot délégué syndical central CFE-CGC.

«Rattraper l’écart salarial de ces dernières années»

Et d’ajouter : « Il faut rappeler que, même pendant la crise sanitaire, les résultats de Safran ont été plus que maintenus. Alors que dans le même temps, les salariés ont renoncé aux augmentations de salaire, à l’épargne salariale, etc. Des efforts que nous avons faits pour sauver 10 000 emplois en France. Et donc aujourd’hui, alors que l’activité reprend, le décompte n’est pas là pour nous ! »

« À ce jour, le retour à la bonne fortune, qui faisait partie de l’accord de transformation d’entreprise signé en 2020, profite principalement aux actionnaires. Ce n’est pas normal : c’est avant tout le travail des salariés qui permet à l’entreprise de réaliser des bénéfices. Cela doit donc aussi se refléter dans leurs salaires » soutient Sébastien Hourcade, membre de la CGT.

Didier Jouanchicot insiste : « En 2023, le programme salarial pour l’ensemble du groupe était de 5,5 %, pour une inflation du même ordre. En 2024, les résultats de Safran qui seront annoncés sont encore meilleurs, alors que l’inflation a baissé. Alors vraiment, on ne comprend pas pourquoi l’entreprise donne moins ! »

Mobilisation « nationale » le 14 février

Et Sébastien Hourcade de conclure : « Les augmentations générales de ce type sont d’autant plus importantes que tout le monde n’a pas droit à des augmentations individuelles. Enfin, nous sommes bien conscients que, dans le bassin d’emploi, nous avons des salaires plus élevés qu’ailleurs. Mais surtout, ce qui se passe chez Safran impacte aussi indirectement les revalorisations chez nos sous-traitants. Parce que ce à quoi nous sommes confrontés, c’est un peu un « plafond de verre » pour eux. »

Avec leurs homologues Julien Fernandes (CFDT) et Christophe Condau (FO), les deux syndicalistes appellent à une mobilisation « nationale », une journée « usine vide », sur tous les sites Safran, le 14 février. Date où se réunit un conseil d’administration aura également lieu au siège du groupe à Paris.

A noter également que, ce jeudi en fin de matinée, Didier Jouanchicot a été invité à participer, à distance, à une réunion au niveau du groupe, au cours de laquelle « des propositions seront probablement faites » par la direction générale. Des propositions qui ont finalement été jugées « bien en deçà des attentes des salariés, après trois ans de jeûne salarial » par l’intersyndicale, qui maintient donc son préavis de grève.

gn buss

Toutes les actualités du site n'expriment pas le point de vue du site, mais nous transmettons cette actualité automatiquement et la traduisons grâce à une technologie programmatique sur le site et non à partir d'un éditeur humain.

Gérard Truchon

An experienced journalist in internal and global political affairs, she tackles political issues from all sides
Bouton retour en haut de la page