Jannah Theme License is not validated, Go to the theme options page to validate the license, You need a single license for each domain name.
Nouvelles locales

Bachar al-Assad visé par un mandat d’arrêt de la justice française pour complicité de crimes contre l’humanité


Le mandat concerne les attaques chimiques menées depuis 2013 dans la Ghouta orientale.

Publié


Mise à jour


Temps de lecture :
1 minute

Le président syrien Bachar al-Assad, le 19 mai 2023 lors du sommet de la Ligue arabe.  (-/SPA/VIA AFP)

Bachar al-Assad est visé par un mandat d’arrêt émis le 14 novembre par la justice française, a appris franceinfo mercredi de source judiciaire. Le mandat d’arrêt a été émis contre l’actuel président syrien, mais aussi contre trois cadres de ses services, pour complicité de crimes contre l’humanité et complicité de crimes de guerre, lors des attaques chimiques commises en août 2013 dans la Ghouta orientale.

Selon les renseignements américains, ces attaques au gaz sarin ont fait plus de 1 000 morts, en grande majorité des civils, le 21 août 2013, dans des bombardements dans cette région proche de la capitale, Damas, alors tenue par l’Armée syrienne libre. .

Au moins neuf nouvelles attaques depuis 2013

En mars 2021, l’ONG franco-syrienne Centre syrien pour les médias et la liberté d’expression a porté plainte pour « crimes de guerre » et « crimes contre l’humanité », au vu des images de ces attaques, où l’on voyait des enfants, des femmes et des hommes mourir après étant victimes d’une attaque au gaz sarin, un gaz neurotoxique considéré comme une arme de destruction massive interdite par la Convention sur les armes chimiques, que la Syrie n’a signée qu’en octobre 2013.

Selon le Quai d’Orsay, dix ans plus tard, « Le régime syrien n’a toujours pas fourni d’informations complètes sur l’état de ses stocks d’armes chimiques » Et « L’utilisation répétée d’armes chimiques par le régime syrien depuis 2013 montre que ses stocks n’ont pas été détruits et qu’ils demeurent une menace pour le peuple syrien et pour la sécurité régionale et internationale. »

Le ministère précise que depuis 2013, « Des enquêtes indépendantes menées par les Nations Unies et l’Organisation pour l’interdiction des armes chimiques ont établi que le régime syrien est responsable d’au moins neuf attaques à l’arme chimique depuis son adhésion. » Il y a 10 ans maintenant.



gn france

Toutes les actualités du site n'expriment pas le point de vue du site, mais nous transmettons cette actualité automatiquement et la traduisons grâce à une technologie programmatique sur le site et non à partir d'un éditeur humain.

francaisenouvelles

The website manager responsible for technical and software work, the electronic newspaper, responsible for coordinating journalists, correspondents and administrative work at the company's headquarters.
Bouton retour en haut de la page