Jannah Theme License is not validated, Go to the theme options page to validate the license, You need a single license for each domain name.
L'Europe

au Royaume-Uni, Liz Truss refuse de commenter

Emmanuel Macron, « ami ou ennemi » ? La favorite dans la course au poste de Premier ministre du Royaume-Uni, Liz Truss, s’est refusée à tout commentaire jeudi, affirmant qu’elle jugerait le président français « par ses actes ». Une déclaration à laquelle le président français, en visite à Alger, a répondu que « le Royaume-Uni [était] une nation amie, forte et alliée, quels que soient ses dirigeants ».

« Ami ou ennemi » ? Telle est la question. « Le Royaume-Uni est une nation amie, forte et alliée, quels que soient ses dirigeants », a déclaré Emmanuel Macron, vendredi 26 août, après que la favorite au poste de Premier ministre britannique, Liz Truss, ait refusé de dire si le président français était  » ami ou ennemi » de son pays.

« Le peuple britannique, la nation qu’est le Royaume-Uni est une nation amie, forte et alliée, quels que soient ses dirigeants, et parfois malgré et au-delà de leurs dirigeants ou des petites erreurs qu’ils peuvent commettre en disant étape », a déclaré le chef de l’Etat français. état en marge d’une visite officielle en Algérie.

>> À relire : « Entre la France et la Grande-Bretagne, de l’entente à la défiance cordiale ? »

« Si on n’est pas capable, entre Français et Britanniques, de dire si on est ami ou ennemi – le terme n’est pas neutre – on va vers de graves problèmes », a estimé Emmanuel Macron, lors d’une conférence de presse, après une visite au Cimetière Saint-Eugène, dans la banlieue d’Alger.

« Il n’est jamais bon de trop perdre ses repères dans la vie. Si on me posait la question (…), quel que soit celui qui est considéré comme le futur leadership en Grande-Bretagne, je ne me demande pas une seule seconde. Le Royaume-Uni est un ami de la France », a-t-il insisté.

Emmanuel Macron, « ami ou ennemi » ? Liz Truss, a refusé jeudi, lors d’un meeting électoral du parti conservateur à Norwich (sud-est du Royaume-Uni), de trancher, affirmant qu’elle jugerait le président français « sur ses actes ».

De nombreux dossiers contentieux

Celle qui est toujours cheffe de la diplomatie dans son pays, dans un gouvernement gérant les affaires courantes, aspire à succéder au 10 Downing Street à Boris Johnson, qui a démissionné en juillet.

Lorsque le journaliste animateur de la soirée a demandé « Macron, ami ou ennemi ? », Liz Truss a répondu « le jury est toujours en train de délibérer », faisant rire la salle.

« Si je deviens Premier ministre, je le jugerai sur ses actes et non sur ses paroles », a-t-elle ajouté.

De nombreux dossiers contentieux existent entre la France et le Royaume-Uni, notamment la gestion des dossiers post-Brexit, qu’il s’agisse de pêche ou d’Irlande du Nord.

Les deux pays, alliés de l’OTAN, avaient également des approches différentes face à l’invasion russe de l’Ukraine, Boris Johnson adoptant une ligne très dure contre Vladimir Poutine tandis que le président français défendait la nécessité de maintenir un dialogue ouvert avec le maître du Kremlin.

Interrogé vendredi sur ce début de polémique, Boris Johnson a assuré « avoir toujours entretenu de très bonnes relations avec Emmanuel Macron ». Le président français, a-t-il ajouté en français, « est un très bon pote de notre pays ».

Les relations avec la France « sont extrêmement importantes. Elles sont très bonnes depuis très longtemps, depuis l’époque de Napoléon en fait, et je pense qu’il faut s’en réjouir », a ajouté le Premier ministre sortant lors d’une rencontre. excursion dans le Surrey (sud-ouest de Londres).

« Et en ce qui concerne Emmanuel, j’avais une très bonne relation avec lui, et je peux vous dire une chose, c’est un très grand admirateur de notre pays », a-t-il conclu.

Avec l’AFP

Toutes les actualités du site n'expriment pas le point de vue du site, mais nous transmettons cette actualité automatiquement et la traduisons grâce à une technologie programmatique sur le site et non à partir d'un éditeur humain.

William Dupuy

Independent political analyst working in this field for 14 years, I analyze political events from a different angle.
Bouton retour en haut de la page