Skip to content
Attaque d’Edmonton : le suspect connaissait l’une de ses victimes, selon la police


La police croit que le suspect, un homme de 25 ans qui a été arrêté le soir même de l’attaque, et la victime se connaissaient, mais disent qu’ils ne savent pas comment ils se sont rencontrés ni depuis combien de temps ils se connaissent.

Avant de porter le coup fatal à un homme de 38 ans, l’agresseur présumé a d’abord poignardé une femme de 32 ans à un arrêt de bus, avant d’attaquer une autre femme quelques minutes plus tard. 41 ans, qui se trouvait dans sa tente, située non loin du site de la première attaque, a indiqué la police.

La police a déclaré que les deux survivants avaient été envoyés à l’hôpital avec des blessures graves, mais que leurs vies n’étaient pas en danger.

La victime est autochtone

La police n’a pas nommé la victime décédée, mais un membre de la famille l’a identifié comme étant Brian Berland, de la Première Nation de Lac froiddans le nord-est de l’Alberta.

Selon son beau-frère Allen Frost, il était à Edmonton lors d’une visite familiale et se promenait avec sa sœur et son chien lorsqu’il a été tué.

Allen Frost a ajouté que la sœur de la victime n’avait pas été blessée physiquement.

La victime, âgée de 38 ans, a été identifiée par un membre de la famille comme étant Brian Berland de la Première Nation de Cold Lake, dans le nord-est de l’Alberta.

Photo : Brian Berland/Facebook

Mercredi, le service de police d’Edmonton a identifié le suspect comme étant Clarence Lawrence. Mais il a déclaré jeudi qu’il confirmerait le nom du suspect une fois les accusations portées.

L’agresseur présumé a été transporté à l’hôpital après son arrestation pour une évaluation de sa santé mentale et physique.

Les enquêteurs mènent actuellement des interrogatoires et le suspect est toujours en garde à vue. La police a également indiqué qu’une autopsie serait pratiquée vendredi sur le corps du défunt.

Avec des informations de La Presse canadienne

canada-ici

Toutes les actualités du site n'expriment pas le point de vue du site, mais nous transmettons cette actualité automatiquement et la traduisons grâce à une technologie programmatique sur le site et non à partir d'un éditeur humain.