Jannah Theme License is not validated, Go to the theme options page to validate the license, You need a single license for each domain name.
Nouvelles

Après la mort d’un adolescent de 16 ans à Crépol, sept personnes interpellées, annonce Gérald Darmanin


« L’enquête permettra de déterminer si ce sont ces personnes qui sont les auteurs de ce crime odieux. » Le ministre de l’Intérieur, Gérald Darmanin, a annoncé mardi 21 novembre l’arrestation de sept personnes. « autour de Toulouse » dans le cadre de l’enquête ouverte après le décès samedi soir de Thomas, lycéen de 16 ans, à Crépol (Drôme) lors d’une fête associative.

Gérald Darmanin, qui s’exprimait lors des questions au gouvernement à l’Assemblée nationale, a souligné que ces questions avaient eu lieu mardi après « soixante-dix audiences » effectuée par la gendarmerie.

Selon les informations communiquées par le parquet, tout a commencé dans la nuit de samedi à dimanche après l’irruption d’une dizaine de jeunes qui tentaient de pénétrer dans la salle communale de Crépol où se tenait un bal d’invitation. L’un d’eux a poignardé un agent de sécurité qui tentait de le bloquer, les participants inscrits à la soirée sont intervenus en soutien et une bagarre s’est ensuivie à l’extérieur du bâtiment.

Gravement blessé par un coup de couteau, le jeune Thomas décède alors que les secours l’emmènent à l’hôpital de Lyon.

« Une violence assez incroyable »

Outre ce décès, les violences ont fait huit blessés, dont deux jeunes de 28 et 23 ans hospitalisés en état d’urgence absolue. Leur pronostic vital n’est plus compromis, selon une source proche du dossier à l’Agence France-Presse (AFP).

Le porte-parole de la gendarmerie nationale a décrit mardi matin un « un combat d’une violence assez incroyable pour un village de cinq cents habitants »refusant d’utiliser le terme de « bagarre » utilisé par le parquet de Valence pour qualifier les faits. « Une bagarre, c’est deux groupes de jeunes qui ont décidé de se donner rendez-vous et de s’affronter, ici, on n’est pas dans cette configuration-là »a-t-elle dit.

« Ce n’était pas un combat mais une attaque : ils sont venus avec l’envie de tuer », s’est émue Josette Place, membre retraitée du comité des fêtes contactée mardi par l’AFP. Selon elle, les jeunes à l’origine des violences sont arrivés par groupes en fin de soirée à la salle des fêtes. « avec des parpaings et des couteaux ». « Ils ne sont pas venus pour s’amuser, heureusement que les agents de sécurité étaient là »assure celui qui dit « traumatisé » par les événements.

Lire aussi : Article réservé à nos abonnés « Une bagarre » : récit de combats de jeunes dans les villes de l’Essonne, d’hier à aujourd’hui

Le Monde avec l’AFP

gn headline

Toutes les actualités du site n'expriment pas le point de vue du site, mais nous transmettons cette actualité automatiquement et la traduisons grâce à une technologie programmatique sur le site et non à partir d'un éditeur humain.

francaisenouvelles

The website manager responsible for technical and software work, the electronic newspaper, responsible for coordinating journalists, correspondents and administrative work at the company's headquarters.
Bouton retour en haut de la page