Jannah Theme License is not validated, Go to the theme options page to validate the license, You need a single license for each domain name.
actualité économiqueNouvelles locales

Afrique : un continent assassiné


Pour le dernier [regard de cartographe](https://www.humanite.fr/mot-cle/regard-de-cartographe) de l’année, j’ai choisi de mettre en avant les données sur les conflits armés publiées chaque année par le département de recherche sur la Paix et les Conflits de l’Université d’Upsala ( UPCD). L’UPCD est le premier fournisseur mondial de données sur la violence organisée. C’est aussi le plus ancien projet de collecte d’informations quantitatives sur la guerre civile. Les données concernent le monde entier. Ils sont disponibles gratuitement sur le site https://ucdp.uu.se. Le site contient également des cartes et des graphiques interactifs.

D’où viennent ces données ? L’UCDP utilise principalement des sources journalistiques récoltées par [FACTIVA](https://fr.wikipedia.org/wiki/Factiva). Ces données sont également complétées par d’autres sources telles que des livres récemment publiés, des études de cas, des revues, des documents d’organisations internationales et multinationales et des publications d’ONG telles que Human Rights Watch et Amnesty International. Alors que la plupart de ces données sont collectées automatiquement, toutes sont lues et analysées manuellement.

Que nous disent ces données ? Tout d’abord, que près de 2,9 millions de personnes ont perdu la vie dans le monde en raison de conflits armés sur la période 1989-2011, dont 120 000 dans la seule année [2021](https://ucdp.uu.se/year/2021) (dernière année connue). Mais aussi, que le nombre de conflits armés dans le monde est aujourd’hui au plus haut, avec une explosion, depuis 2010, du nombre de « [conflits non étatiques](https://ucdp.uu.se/downloads/charts/) » (où aucun des acteurs n’est un Etat). Rappelons au passage que sur la période 2017-2021, [78 %](https://www.amnesty.fr/controle-des-armes/actualites/2021-5-plus-gros-marchands-armes) des exportations mondiales d’armes sont dues à seulement 5 pays : les États-Unis, la Russie, la France, Chine et Allemagne. Les États-Unis représentent à eux seuls 39 % des ventes mondiales d’armes.

Pour ce regard de cartographe, et pour ne pas faire double emploi avec les cartes déjà proposées par l’UPCD, j’ai décidé de me concentrer sur le continent africain. Un continent meurtri par le commerce de l’armement. La carte ci-dessous présente les données de l’UPCD par pays ou par événement pour la période 2001-2021. Elles concernent tous les types de conflits (« conflit étatique », « conflit non étatique » et « violence unilatérale »). Au total, près de 330 000 personnes sont mortes à la suite de conflits armés en Afrique, dont plus de 100 000 civils. Un dénouement dramatique. En 2023, faire reculer la logique de guerre est une nécessité absolue. Un impératif. Mettons tout notre poids dans cette « bataille » pour la paix.

Code source de la carte : https://observablehq.com/@neocartocnrs/africa-a-murdered-continent (licence MIT gratuite)

Nicolas Lambert est ingénieur de recherche CNRS en sciences de l’information géographique au RIATE : https://riate.cnrs.fr. Il est militant communiste et membre du réseau Migreurop. Il tient également un blog, « cahier néocartographique », et est très actif sur les réseaux sociaux sous le pseudonyme « cartographe encarté » @nico_lambert.

Chaque mois, il nous présente une ou plusieurs fiches accompagnées d’un commentaire pour nous aider à comprendre et appréhender autrement une information, une question de société ou un débat. Nicolas Lambert a participé à la réalisation de plusieurs oeuvres telles que l’Atlas de l’Europe dans le monde (2008), l’Atlas des migrants en Europe (2009, 2012, 2017), Manuel de cartographie (2016, publié en anglais en 2020) et fou Plans (2019). Il enseigne la cartographie à l’Université de Paris.

Retrouvez ici toutes les cartes interactives qu’il a réalisées pour Humanité.


Grb2

Toutes les actualités du site n'expriment pas le point de vue du site, mais nous transmettons cette actualité automatiquement et la traduisons grâce à une technologie programmatique sur le site et non à partir d'un éditeur humain.
Photo de Cammile Bussière

Cammile Bussière

One of the most important things for me as a press writer is the technical news that changes our world day by day, so I write in this area of technology across many sites and I am.
Bouton retour en haut de la page