Skip to content
A 10 jours du Tour de France, où sont les favoris ?


Tadej Pogacar s’est promené en Slovénie, Primoz Roglic et Jonas Vingaard ont dominé le Dauphiné et Ineos a remporté le Tour de Suisse grâce à Geraint Thomas. A dix jours du départ de la Grande Boucle, les favoris aiguisent leurs couteaux à distance.

Pogacar en déplacement et ultra favori

Un double tenant du titre est forcément candidat à sa propre succession et Tadej Pogacar ne fait pas exception. Depuis sa grande victoire il y a un an, il n’a pas raté grand-chose : médaillé olympique et vainqueur du Tour de Lombardie en 2021, invaincu dans les courses par étapes, vainqueur des Strade Bianche et quatrième du Tour des Flandres. – pour sa première participation – en 2022, le Slovène est présent partout. Il n’y a aucune raison que ce ne soit pas le cas sur le Tour de France.

Ces derniers jours, le seul garçon de 23 ans a survolé le Tour de Slovénie, remportant deux étapes et le classement général face à une concurrence très légère. Il va désormais passer une semaine dans les Alpes avec sa compagne, la cycliste Urska Zigart, puis il rejoindra le Danemark pour le Grand Départ. Depuis un an, personne ne l’a fait vaciller en montagne et elle reste une référence en matière de chronométrage. Pour ses adversaires, l’équation de juillet s’annonce compliquée à résoudre.

Roglic et Vingaard, le monstre à deux têtes de Jumbo-Visma

A venir chatouiller Tadej Pogacar, deux dirigeants ne seront pas de trop. C’est ce qu’on s’est dit du côté de l’équipe Jumbo-Visma, cantonnée à la deuxième place du Tour de France depuis deux ans, une fois avec Primoz Roglic (2020), une autre avec Jonas Vingaard (2021). Cette fois, l’équipe néerlandaise espère réunir ses deux cadors au meilleur niveau pour asphyxier Pogacar, lui couper les jambes et lui rentrer dans la tête.

Le duo a si bien fonctionné sur le Critérium du Dauphiné, avec un doublé au classement général et une démonstration lors des deux dernières étapes de montagne, que certains se demandent même qui devrait porter le costume de n°1. Il n’y a vraiment pas besoin de choisir pour le moment. Jumbo-Visma est un rouleau compresseur, Roglic a remporté Paris-Nice et le Dauphiné pour la première fois cette saison : les astres pourraient enfin être alignés.

Ineos a plus de doutes que d’options

La victoire de Daniel Felipe Martinez début avril sur le Tour du Pays basque semblait avoir clarifié la hiérarchie chez Ineos. Le Colombien, jusque-là coéquipier, semblait prêt à endosser le rôle de leader du Tour de France. Mais après sept semaines sans compétition, sa reprise au Tour de Suisse la semaine dernière a été délicate. Dès le premier jour, Martinez est tombé dans une bosse et a perdu près d’une minute. Il a mieux terminé la semaine avec un bon temps dimanche.

Adam Yates, censé être le leader remplaçant, a déclaré forfait à cause du Covid, après avoir déjà été contraint à l’abandon au Pays basque cette saison. C’est donc Geraint Thomas, 36 ans et que personne n’attendait, qui a hérité du rôle de leader et ramené le maillot jaune, profitant de l’abandon d’Alexander Vlasov également touché par le Covid. Du coup, Ineos ne sait plus vers qui se tourner et la hiérarchie pour le Tour reste très floue.

Vlasov et O’Connor en forme, Quintana et Gaudu mélangés

Même s’il a dû abandonner le Tour de Suisse à trois jours de l’arrivée à cause d’un test Covid positif, Alexander Vlasov était le leader. Le Russe a également remporté le Tour de Romandie en mai et s’il n’est pas gêné par le Covid, il sera un sérieux outsider lors du Tour de France. Ben O’Connor, sur le Dauphiné, a également fait bonne impression. Il était le plus fort derrière le duo de Jumbo-Visma, Roglic et Vingaard.

Nairo Quintana et David Gaudu, deux grimpeurs pour qui le parcours de cette année ne correspond pas vraiment en raison des 53 kilomètres de contre-la-montre, ont eu une préparation plus mitigée. Le Colombien s’est fait discret sur la Route d’Occitanie, loin des meilleurs en montagne. Le Français a remporté une étape sur le Dauphiné avant de craquer lors du dernier week-end difficile. Dans le même ordre d’idées, Miguel Angel Lopez et Simon Yates, qui n’ont pas couru depuis leur abandon du Giro, arriveront sur le Tour sans garanties.

Robin Wattraint Journaliste RMC Sport


zimonews Fr2En2Fr

Toutes les actualités du site n'expriment pas le point de vue du site, mais nous transmettons cette actualité automatiquement et la traduisons grâce à une technologie programmatique sur le site et non à partir d'un éditeur humain.