Nouvelles locales

65 kangourous retrouvés morts en Australie, une enquête ouverte

Au moins 65 kangourous ont été tués au nord de Melbourne. Les autorités ont annoncé jeudi 11 juillet 2024 l’ouverture d’une enquête après l’abattage illégal de ces animaux emblématiques d’Australie, retrouvés morts par balle ou apparemment percutés par un véhicule.

Un refuge local a alerté les responsables de la conservation de l’État de Victoria, dans le sud du pays, après avoir découvert les restes des kangourous dans des enclos ruraux à environ 120 kilomètres au nord de Melbourne, ont indiqué les autorités. Des cartouches de fusil de chasse vides ont été retrouvées dans la zone.

Lire aussi : Un garçon de 12 ans porté disparu en Australie, potentiellement « attaqué par un crocodile »

Blessures traumatiques

Parmi eux, seulement deux sont encore en vie et soignés dans un refuge pour animaux sauvages, tandis qu’au moins trois autres ont été euthanasiés en raison de la gravité de leurs blessures, a déclaré l’organisme de réglementation de la conservation de l’État.

Ces marsupiaux ont été mortellement blessés par balle et « blessures traumatiques correspondant à une collision avec un véhicule », a déclaré le régulateur.

Les animaux morts appartiennent à l’espèce des kangourous géants, la plus répandue dans le sud et l’est de l’Australie. Le gouvernement australien protège les kangourous, mais les espèces les plus répandues ne sont pas en danger d’extinction. Cela signifie qu’elles peuvent être chassées, avec un permis, sur la majeure partie du territoire.

Une population fluctuante

Les kangourous, dont le nombre oscille entre 30 et 60 millions à l’échelle nationale, sont fréquemment abattus pour en maintenir la population sous contrôle. Chaque année, jusqu’à cinq millions de kangourous sont tués pour leur viande ou leur cuir.

Lire aussi : TÉMOIGNAGE. « J’ai failli me recoucher ! » : ce Breton découvre un kangourou dans son jardin

Symbole de l’Australie, le kangourou pose un problème environnemental majeur pour ce gigantesque pays en raison de son cycle de reproduction erratique : son nombre peut atteindre des dizaines de millions lorsque le fourrage est abondant après une bonne saison des pluies. Mais un abattage massif peut aussi le décimer lorsque la nourriture se fait rare.

Gérard Truchon

An experienced journalist in internal and global political affairs, she tackles political issues from all sides
Bouton retour en haut de la page