Jannah Theme License is not validated, Go to the theme options page to validate the license, You need a single license for each domain name.
Nouvelles sportives

6 Nations 2024 – Polémique Ecosse – France : La Fédération écossaise demande à World Rugby de reconnaître l’erreur des arbitres face aux Bleus

Selon la presse britannique, la Fédération écossaise a demandé des comptes à World Rugby après que Sam Skinner s’est vu refuser un essai en fin de match qui aurait pu donner la victoire au Chardon XV face aux Bleus.

La décision de Nic Berry allait forcément faire jaser. L’arbitre australien, en décidant de refuser l’essai écossais à la dernière minute face au XV de France lors de la 2ème journée du Tournoi des 6 Nations, s’est aliéné une bonne partie du rugby écossais. Et la Fédération n’a pas manqué de réagir. Comme nous l’apprenons de BBC Ce mardi, « Scottish Rugby » a adressé un mail à World Rugby pour se plaindre de la décision du corps arbitral qui a mis fin au match et abouti à la victoire du XV de France à Murrayfield.

Un petit rappel des faits : après avoir récupéré le ballon, les coéquipiers de Finn Russel grandir à quelques centimètres du but français. Le timer tourne, aucun avantage n’est en cours. Moment choisi par Sam Skinner pour remporter son accrochage et, semble-t-il, franchir la ligne. Nic Berry essaie de voir le gonflement, avant de demander rapidement aux acteurs de vérifier la situation avec l’arbitre vidéo. Commence alors 4 minutes et 30 secondes d’imbroglio durant lesquelles l’Australien convoque son TMO, précisant que selon lui le ballon n’a pas été aplati.

Finn Russell discute avec l’arbitre assistant Nika Amashukeli.

C’est seulement à la dernière interaction qu’ils changent d’avis

C’est la procédure d’appel vidéo que conteste la Fédération écossaise, qui demande à World Rugby de reconnaître qu’une erreur a été commise. Une source proche du dossier a déclaré à la BBC : « le dialogue entre l’arbitre et le TMO n’avait aucun sens ». Dans un premier temps, l’arbitre vidéo Brian MacNeice a annoncé à Berry que le ballon était entré en contact avec la ligne, avant de finalement rendre son verdict à l’arbitre principal, après un (très) long visionnage des images : « Je ne suis pas sûr. Je n’ai pas d’image assez claire pour dire que le ballon a bien été aplati dans l’en-but. » A juste titre, car la demande de Nic Berry concernait uniquement le « grounding » (toucher le ballon au sol) et non le positionnement (avant ou sur la ligne). Il ne semblait donc y avoir aucune image claire confirmant que le ballon avait été aplati sur la ligne.

Après la réunion, Gregor Townsend a profondément regretté cette décision. Et le processus d’appel vidéo. « La décision a été prise par le TMO (arbitre vidéo). Si l’arbitre voit les images que nous avons tous vues dans le stade, c’est peut-être aussi à lui de dire : « le ballon est au sol, c’est un essai ». Mais c’est le TMO qui a changé d’avis et a dit « maintenez votre décision sur le terrain ». L’arbitre dit alors « Je vois aussi le ballon au sol » et leur dernière interaction était « Attends, regardons sous l’autre angle….oui, ce n’est pas concluant maintenant, respecte ta décision sur le terrain. » Ce n’est qu’à la dernière interaction qu’ils changent d’avis. Je ne comprends pas. » Comme de coutume après chaque match international, le sélectionneur écossais a écrit à Joël Jutge (le responsable des arbitres de World Rugby) pour débriefer le match. Selon la BBC, l’entraîneur principal de Chardon s’est dit lésé après les deux matches du Tournoi, car lors du premier match contre le Pays de Galles, il n’avait déjà pas compris certaines décisions de Ben O’Keeffe qui avait sanctionné l’Ecosse 16 fois par rapport à seulement quatre penaltys contre le Pays de Galles. S’il y a peu de chance que World Rugby reconnaisse une erreur lors de France – Ecosse (même si l’organisme en aurait reconnu plusieurs lors du quart perdu par les Bleus), le prochain match des coéquipiers de Sam Skinner (contre l’Angleterre !) sera scruté de près au pays des Écossais.

gn sprts

Toutes les actualités du site n'expriment pas le point de vue du site, mais nous transmettons cette actualité automatiquement et la traduisons grâce à une technologie programmatique sur le site et non à partir d'un éditeur humain.

Jeoffro René

I photograph general events and conferences and publish and report on these events at the European level.
Bouton retour en haut de la page